mercredi 10 janvier 2018

Mariage de Chevalier de Lorimier et Henriette Cadieux

Acte de mariage

François Marie Thomas Chevalier de Lorimier, âgé de 28 ans, a épousé Henriette Cadieux, à environ 16 ans, le 10 janvier 1832dans la Paroisse Notre-Dame à Montréal.
Mariage: https://familysearch.org/ark:/61903/3:1:3QSQ-G9MB-FJR5?i=1371&wc=9RL3-HZ9%3A16470801%2C23492102%2C3~ 3764901&cc=1321742

Chevalier de Lorimier (quatre-fois-arrière-grand-cousin au cinquième degré de Daniel)
Nom de baptême: François Marie Thomas Verneuïl
son parrain était son oncle François Marie Verneuïl Chevalier de Lorimier et la marraine éait sa tante Françoise Aubain, épouse de Jean-Baptiste Boulet
Baptême: https://familysearch.org/ark:/61903/3:1:3QS7-899Q-S5VX?i=516&wc=9RLN-92Q%3A19637301%2C19637302%2C196~ 37303&cc=1321742
François Marie Thomas est né le 27 décembre 1803, dans la la Paroisse Saint-Cuthbert, Saint-Cuthbert, Québec.
Il est le fils de Guillaume Clément Edouard Verneuïl de Lorimier et de Marie Marguerite Adélaïde Perrault. 
Chevalier de Lorimier était notaire et patriote.
François Marie Thomas Chevalier de Lorimier est décédé le 15 février 1839, âgé de 35 ans, il a été pendu à la prison au Pied du Courant, à Montréal.

Nos Origines: http://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Delorimier_Thomas-Chevalier&pid=37629
Biographie / Anecdotes - Testament politique de De Lorimier pendu en 1839:
http://www.nosorigines.qc.ca/biography.aspx?name=Delorimier_Thomas-Chevalier&id=37629

HENRIETTE CADIEUX est née en 1815, à Montréal.
Elle est la fille de Jean-Marie Cadieux et de Marguerite Roy. 
Henriette est décédée le 6 décembre 1891, à environ 76 ans, à L'Assomption.
Note : Nom: Henriette Cadieux de Courville

Mon lien avec Chevalier de Lorimier: 

L'union d'Urbain Beaudry et Madeleine Boucher
Urbain Beaudry, âgé de 32 ans, a épousé Madeleine Boucher, âgée de 13 ans, le lundi 18 novembre 1647 à Trois-Rivières.
(4 fois arrières grands parents de Chevalier de Lorimier) et
(9 fois arrières grands parents de Daniel Durocher)

URBAIN BEAUDRY est né le mardi 6 janvier 1615, à Luche-Pringe, Sarthe, France.
Nom: Urbain Beaudry dit Lamarche.
Il est le fils de Jean Beaudry et de Jeanne Bertin.
Urbain était taillandier.
Il est décédé le samedi 22 août 1682, âgé de 67 ans, à Trois-Rivières.

MADELEINE BOUCHER est née le vendredi 28 juillet 1634
Elle est la fille de Gaspard Boucher et de Nicole Lemaire.
Madeleine est décédée le jeudi 13 septembre 1691, âgée de 57 ans, à Trois-Rivières.
Nos Origines: http://www.nosorigines.qc.ca/GenealogieQuebec.aspx?genealogie=Madeleine_Boucher&pid=28638&lng=fr

Le couple Beaudry/Boucher aura 8 enfants:
1- Marie Beaudry née 02 Déc 1650, décès 11 Déc 1734,
époux: Jacques Lefèbvre
2- Guillaume Beaudry né 15 Sept 1656, décès 26 Fév 1732,
épouse: Jeanne Soulard
3- Jeanne Beaudry née 17 Juil 1659, décès 22 Nov 1700,
époux: Jacques Duguay
4- Madeleine Beaudry née 19 Nov 1661, décès 20 Nov 1730,
2 époux: Jean DePuysbaro et Marien Tailhandier
5- Marguerite Beaudry née 21 Mars 1665, décès 23 Avr 1706,
époux: François Poisson
6- Marie-Madeleine Beaudry née 06 Juil 1671, décès 25 Mai 1699,
époux: Jacques Hubert
7- Joseph Beaudry né 17 Oct 1673, épouse: Françoise Leclerc
8- Anne Beaudry née 24 Juin 1680, décès 18 Déc 1704,
époux: Jean Bougret
Chevalier de Lorimier est un descendant direct de:
Urbain Beaudry et Madeleine Boucher (1647)
Guillaume Beaudry et Jeanne Soulard (1662)
Jeanne Baudry et Michel Perrault (1712)
Joseph Perrault et Geneviève Ham (1736)
Joseph-Michel Perrault et Marie-Josephte Boulay (1777)
Marie-Adélaide Perrault et Guillaume Clément de Lorimier (1795)
Chevalier de Lorimier et Henriette Cadieux (1832)

Daniel Durocher est un descendant direct de:
Urbain Beaudry et Madeleine Boucher (1647)
Marguerite Beaudry et François Poisson (1687)
François Poisson et Élisabeth Dizy (1715)
Pierre-Antoine Poisson et Marie-Charlotte Deshaies (1754)
Marie-Françoise Poisson et François Gaudet (1773)
Marie-Josephte Gaudet et Louis Trottier (1802)
David Trottier et Adélaide-Éloise Letellier (1836)
Napoléon Trottier et Hélène Daoust (1880)
Odilon Trottier et Amanda Vaillant (1909)
Lucien Trottier et Mignone Daoust (1931)
Denise Trottier et Claude Durocher (1958)
Daniel Durocher

lundi 14 décembre 2015

Jean-Olivier Chénier, de médecin à héros



Jean-Olivier Chénier, de médecin à héros - Les Patriotes de Chénier sur Vimeo
  https://archive.org/stream/cihm_05555#page/n3/mode/2up
Voici un extrait de la page 17

 Laurent-Olivier David : Le Héros de Saint-Eustache (pdf)


Un patriote, héros malgré lui:
Jean-Olivier Chénier

Francis Legros (Histoire et Civilisation)
Dans l'histoire du Québec, au début du régime britannique, il y eut plusieurs bouleversements majeurs. Une des périodes les plus marquantes de ces troubles fut la révolte des patriotes de 1837-1838. Aujourd'hui, on pourrait être porté à penser que cette révolution ne fut pas très importante puisqu'elle fut très rapidement mâtée par les troupes anglaises. Pourtant, elle a tout de même marquée profondément son époque. On est souvent porté à oublier les combattants de cette guerre. Cet oubli constitue un terrible manquement à la mémoire historique puisque certains d'entre eux ont justement traversé l’histoire par leurs comportements héroïques. C'est le cas de Jean-Olivier Chénier.  Ce combattant patriote, par son implication dans la révolte de 1837-1838, fut vraiment un héros populaire que l'histoire québécoise aurait intérêt à ne point oublier. Dans ce texte, nous ferons tout d'abord une petite biographie de Jean-Olivier Chénier et ensuite, nous tenterons de cerner en quoi il a marqué son époque.
 Le personnage
C'est dans une famille de cultivateur de Lachine qu'est né Jean-Olivier Chénier. On possède très peu de documentation en rapport avec son enfance mais on peut tout de même présumer qu'il eut une enfance sans histoire. Probablement à cause de son énorme potentiel, le docteur Kimber décide de se charger personnellement de son éducation. Il poursuit de brillantes études au collège de Montréal où il obtînt son diplôme lui permettant de pratiquer la médecine. Après ses études, il s'installe dans la petite localité de Saint-Benoit où il ne tarda pas à se faire une excellente réputation de médecin. Après la mort de son beau-père, également médecin, il déménage à St-Eustache afin de reprendre sa clientèle. Durant cette période, il commence à s'intéresser aux affaires publiques. Dès 1832, il participe à plusieurs actions politiques qui avaient pour but de lutter contre les injustices faites aux Canadiens français. Vers 1836, les troubles commencent à être perceptibles principalement à cause de la publication des 10 résolutions Russell qui, non seulement rejettent les 92 résolutions du Parti patriote de Louis-Joseph Papineau, mais retirent aux politiciens du Bas-Canada le seul droit qu'ils n'aient jamais possédé, c'est-à-dire celui qui empêche le gouverneur d'utiliser le budget sans l'accord de la chambre des représentants. Chénier participa à plusieurs réunions qui avaient pour but de contester ces 10 résolutions jugées absolument inacceptables par les Patriotes. Le 23 octobre 1837, il participa à l'assemblée des six comtés à Saint-Charles. Cette assemblée est considérée comme le point de départ des événements de 1837.
La participation de Chénier aux Rébellions
Les affrontements armés ont commencé vers la mi-novembre. Les Patriotes ont tôt fait de constater leur infériorité face à une armée mieux entraînée, mieux armée et beaucoup plus nombreuse. C'est ainsi que la plupart des batailles furent des victoires anglaises. Certaines de ces batailles sont demeurées tristement célèbres. C'est le cas de la bataille de St-Eustache qui eut lieu le 14 décembre 1837.Quand les troupes anglaises, composées de quelque 1200 soldats, sont arrivées à St-Eustache, Chénier, devenu commandant en chef suite à la fuite du commandant Amury Girod, se réfugie avec quelque 150 patriotes mal armés dans l'église du village. Même en voyant l'importance des troupes ennemies, il refuse de se rendre et continue à commander la poignée de Patriotes qui lui reste. Après une tentative manquée de pénétrer dans l'église, les soldats anglais décident d'y mettre le feu. Sachant que sa fin approchait, il dit avant de sortir par l'une des fenêtres : “avant d'être tué, j'en tuerai plusieurs!”. Malheureusement, il n'a eu le temps de faire feu qu'une fois puisque à peine quelques secondes après sa sortie, il fut abattu de deux balles en pleine poitrine. On raconte qu'après la fin des hostilités, on aurait ouvert sa poitrine pour ensuite lui arracher le cœur que l'on a promené au bout d'une baïonnette dans le village.

Il peut paraître difficile d’identifier en quoi Jean-Oliver Chénier a marqué son époque. Après tout, on ne peut pas dire qu'il a été le plus important politicien de sa génération. Il a participé à une tentative de révolution mais il ne l'a certes pas provoqué à lui seul. Il n'a pas non plus écrit de grandes œuvres littéraires. Mais est-ce seulement à cela que l'on reconnaît un grand homme? Jean-Olivier Chénier s'est battu en véritable héros durant la révolte des Patriotes. Lui qui, durant une assemblée à Sainte-Scholastique, a promis aux Patriotes “Ce que je dis, je le pense et je le ferai; suivez-moi, et je vous permets de me tuer si jamais vous me voyez fuir” a prouvé que ce n'était pas des paroles en l'air. Il a en effet refusé de se rendre malgré que les forces ennemies soient beaucoup plus nombreuses (150 patriotes mal armées contre 1200 soldats anglais très bien armés). D'ailleurs, les historiens l'appellent l'imbécile et l'entêté ou le héros et le martyr en fonction de leurs idées politiques. N'empêche que Chénier fut un des plus grands héros que le Québec ait jamais connus. À ce titre, son influence sur son époque est absolument indéniable. D'ailleurs, il y a encore aujourd'hui quelques statues à son effigie au Québec. Maigre récompense pour les services qu'il a rendus à son peuple.

On peut ajouter a cela son implication non négligeable dans sphère politique d'avant la révolution. Par son implication dans les débats à partir de 1832, il fût considéré après Papineau comme un des chefs en importance du mouvement patriote. Il était un orateur hors pair qui savait transmettre le feu patriotique aux foules. Ce feu patriotique c'est ce qui le caractérisait. Il était habité d'un tel amour pour ce qui allait devenir plus tard notre Québec tel qu'on le connaît qu'il a donné sa vie afin de le protéger.

Le passé composé, Vol.1, no2 (avril 2000)

© CVM, 2004 
texte: http://www.cvm.qc.ca/encephi/Syllabus/Histoire/Passecompose/Chenierheros.htm


Faire un don

Vous aimez les publications des Patriotes de Chénier, Appuyez-nous en faisant un don,
Le don servira à la promotion de notre histoire par des montages vidéos, montages infographiques. Tirage d'objets en lien avec notre histoire et beaucoup plus. Merci de contribuer à la restauration de la mémoire de nos ancêtres, en la faisant revivre dans notre vie quotidienne.

Les Patriotes de Chénier sur Facebook

Les Patriotes de Chénier sur Facebook
Les patriotes de Chénier sont un regroupement militant composé de jeunes indépendantistes voués à la défense des intérêts du peuple québécois. Nous avons à coeur la mémoire des patriotes de 1837-1838.