dimanche 7 août 2011

Sauvegarder l’église historique et patrimoniale de Saint-Eustache 

(image par Steve Cloutier)

Un défi collectif à relever

Un tour d’horizon

D’abord, un rappel des principaux évènements des dernières années en lien avec la réflexion sur l’avenir des lieux de culte de la paroisse Saint-Eustache :


Septembre 2008
La situation financière de la paroisse Saint-Eustache devenant de plus en plus précaire, le Conseil de fabrique dépose un plan quinquennal visant à se départir des 3 lieux de culte, Saint-Esprit, Sainte-Marguerite-Bourgeoys et Christ-Roi, à l’intérieur des 5 prochaines années.

Octobre 2008
Présentation du plan quinquennal lors d’une assemblée des paroissiens et des paroissiennes tenue dans le cadre d’une grande réflexion paroissiale. On y propose de chercher d’abord des solutions pour assurer l’avenir de l’église patrimoniale  puisque c’est cette dernière qui coûte cher. Il est alors suggéré de se départir de l’église historique si cela n’est pas possible.

Décembre 2008
Avec l’objectif premier de sensibiliser la population au fait que la paroisse ne peut plus à elle seule assurer l’avenir et l’entretien de l’église patrimoniale, une conférence de presse « Une église à donner » a lieu.

Janvier 2009
Sortie médiatique importante.  La Fabrique décide de prioriser la vocation religieuse de l’église patrimoniale tout en acceptant d’y ajouter une autre vocation compatible avec la mission de la paroisse et les exigences du Ministère de la Culture.

Février 2009
Rencontre avec plusieurs instances du milieu qui souhaitent unanimement conserver  le caractère religieux et patrimonial de l’église. Claude Carignan, maire de la municipalité de Saint-Eustache, envisage un projet de bibliothèque qui utiliserait la salle Raymond, la sacristie et la chapelle. La première étape visée est alors de faire une mise à jour du carnet de santé de l’église.

Juin 2009
Remise du carnet de santé. La Municipalité avise la Paroisse que le projet de la bibliothèque est impossible par manque d’espace de stationnement.

Novembre 2009
Il y a changement d’administration à la Ville.  La première rencontre officielle avec le comité conjoint paroisse-ville- ministère a finalement lieu.



2010
Plusieurs rencontres du comité conjoint ont lieu. Différentes alternatives sont analysées dont principalement un partenariat avec la Ville pour l’utilisation de nos locaux et l’utilisation de l’église comme lieu de spectacle. Entre temps, le projet des réparations de l’église est réparti en étapes, la première étant de répondre à la situation urgente des jubés. Des demandes de subvention sont acheminées au gouvernement du Québec qui octroie à la Fabrique une subvention pour la restauration des deux jubés. D’autres démarches sont entreprises pour couvrir la portion manquante pour assumer le coût des travaux. On remet aussi une demande de reconnaissance comme monument historique au gouvernement du Canada.

Juin 2010
Le projet d’utilisation de l’église comme salle de spectacle est retiré à cause des coûts du projet reliés en partie à la préservation du monument patrimonial et historique. La salle Raymond pourra donc être utilisée pour les besoins de la paroisse.

Novembre 2010
La Ville annonce un prêt sans intérêt au bénéfice de la Fabrique pour couvrir la portion des travaux des jubés qui doit être payée par la Fabrique.
La Paroisse annonce un don de 250 000 $, échelonné sur 5 ans (2010-2014), du Groupe Mathers afin d’assurer le remboursement de la Ville et la réparation de l’orgue.

Février 2011
Début des travaux de restauration des jubés.

2011

Parallèlement à tous ces efforts, la Fabrique poursuit sa réflexion sur l’avenir de ses lieux :

1-    La réflexion sur l’avenir des 3 lieux autres que l’église patrimoniale et historique se continue. Une analyse de l’utilisation des différents lieux est en cours depuis le début de l’année.

2-    Le présent document est présenté aux diverses instances de la Paroisse afin de mettre en place un plan d’action qui assurera la pérennité de l’église patrimoniale de Saint-Eustache.





Voir

L’église a été construite dans les années 1780-1783 et elle est classée église historique et patrimoniale depuis 1970.

Elle est un  lieu de culte qui parle de nos racines chrétiennes et dans lequel, pendant des siècles, plusieurs personnes se sont engagées et continuent de le faire encore :

§    en y présentant leurs enfants au baptême;
§    en y confirmant leur désir de suivre Jésus lors de la confirmation;
§    en s’y engageant dans les liens sacrés du mariage;
§    en y vivant des valeurs importantes laissées par les personnes décédées lors des funérailles et des commémorations;
§    en y célébrant l’eucharistie et les autres sacrements.

L’église Saint-Eustache a été classée monument historique puisque des personnes ont donné leur vie dans cette église pour la liberté, la justice et la démocratie le 14 décembre 1837, lors de la Rébellion des Patriotes.

L’église Saint-Eustache est patrimoniale puisqu’on y retrouve :

§    un mobilier liturgique des années 1838-1844 environ;
§    des tableaux de 1874-1890;
§    un orgue Brodeur auquel la compagnie Casavant et Frères a ajouté des jeux en 1910 et en 1954;
§    un décor intérieur refait après 1905 par Toussaint Xénophon Renaud;
§    des statues à l’intérieur provenant de l’atelier Carli (ex : le Chemin de croix (1925), le crucifix et la statue de la Vierge, etc.);
§    la statue à l’extérieur sur le fronton de l’église, représentant saint Eustache, œuvre du sculpteur Alendo Gratton offerte par C.A.M Globensky en 1906;
§    des pièces d’orfèvrerie dont un calice datant de 1688-1690;
§    un ciboire de 1838;
§    un ostensoir (1903-1927);
§    une galerie de portraits (3 évêques et 7 curés) datant des années 1841 et suivantes.

De plus, selon différents techniciens et ingénieurs du son qui se sont succédé auprès de l’Orchestre Symphonique de Montréal sous la direction de Charles Dutoit, la qualité acoustique de l’église est unique en Amérique du Nord. L’OSM a remporté plusieurs prix internationaux grâce aux enregistrements faits dans l’église Saint-Eustache.

Toute église historique et patrimoniale comme celle de Saint-Eustache occasionne des frais d’entretien annuels élevés en plus de réparations majeures à effectuer.

La paroisse Saint-Eustache a soutenu à elle seule ce bâtiment tout au long de son histoire jusqu’en 1970.

Le contexte social actuel et la baisse de pratique dominicale suscitent une participation financière à la baisse pour la paroisse.

Depuis 1970 (date de la classification de l’église comme monument historique), l’entretien et la majeure partie des travaux effectués dans l’église ont reposé sur les 10% à 14% de la population de la ville de Saint-Eustache qui ont versé de l’argent aux quêtes et à la dîme.

Un cri d’alarme fut lancé à la population par la paroisse en 2008  signifiant clairement qu’elle ne pouvait plus assurer à elle seule la survie de l’église patrimoniale.

À cause de sa reconnaissance historique et patrimoniale, la paroisse peut bénéficier de subventions du Ministère de la Culture et de la Condition féminine du Gouvernement du Québec de l’ordre de 70% lors de certains travaux majeurs à exécuter.

Malgré la participation du gouvernement provincial aux travaux majeurs, il reste 30% des coûts à assumer en plus de l’entretien annuel de l’église historique et patrimoniale.

Suite à la vente du couvent, en 1982, à la municipalité par la paroisse pour la somme de 35 000 $ alors qu’il en valait 440 500 $, la Ville s’est engagée à plusieurs collaborations :
faire l’entretien du terrain de l’église et du presbytère tels : coupe du gazon, aménagement floral, entretien mineur de la partie asphaltée, déneigement, entretien du système d’éclairage;
permettre à la Paroisse d’utiliser le stationnement dudit immeuble lors d’occasions spéciales;
rétrocéder ledit immeuble à la Paroisse avec toutes les améliorations si la Ville cesse d’utiliser l’édifice à des fins municipales ou communautaires.

Les actions suivantes furent réalisées suite au cri d’alarme en 2008 :
Création d’un comité provincial-municipal-paroissial suscitant les réalisations suivantes :
·    rédaction d’un carnet de santé de l’église indiquant des travaux à effectuer évalués à 1 500 000 $;
·    identification des travaux des jubés comme prioritaires pour une valeur d’environ 630 000 $;
·    subvention possible du Ministère de la Culture de l’ordre de 445 000 $;
·    prêt sans intérêt de la ville de Saint-Eustache pour effectuer les travaux urgents.
b) don du Groupe Mathers de 250 000 $ soit 50 000 $ par année pendant 5  ans (de 2010 à 2014) pour rembourser le prêt de la Ville et pour effectuer des réparations sur l’orgue à tuyaux du jubé.


Après la réfection des jubés, des travaux de l’ordre d’au moins 1 000 000 $ devront être effectués.

Certains de ces travaux ne sont éligibles à aucune subvention du  Ministère de la Culture et de la Condition féminine.

Les travaux de restauration de l’église doivent être effectués le plus rapidement possible pour ne pas entrainer des coûts trop élevés.

Les frais annuels d’entretien de l’église  historique et patrimoniale sont évalués à environ 100 000 $.

L’église  historique et patrimoniale est, aux yeux de la population, certainement un des édifices les plus importants dans la ville de Saint-Eustache.

 Des personnes, favorables à l’aspect historique et patrimonial plutôt qu’à l’aspect religieux de l’église Saint-Eustache, seraient probablement intéressées à sa sauvegarde et à son entretien.

L’église historique et patrimoniale de Saint-Eustache est un attrait touristique majeur et durant l’été de nombreux visiteurs viennent y découvrir sa richesse patrimoniale et historique.

Le comité tripartite (ministère-ville-paroisse) veut continuer de se rencontrer en 2011 pour continuer sa réflexion sur l’avenir de l’église historique et patrimoniale.

Le maire actuel de la ville de Saint-Eustache, Monsieur Pierre Charron, a offert un appui important à la Paroisse : « En ce qui concerne l’église Saint-Eustache, la population est invitée à soutenir activement la Fabrique de la paroisse dans ses collectes de fonds pour la sauvegarde de ce joyau patrimonial et historique. » L’Éveil, 12 mars 2011, p.24.










Juger

Les membres du Conseil de la fabrique et des équipes de la paroisse Saint-Eustache (équipe pastorale, équipe administrative, équipes d’animation, conseil d’orientation) reconnaissent que la mission première de leur paroisse est d’annoncer le message de Jésus Christ et d’aider les gens à vivre ce message dans le quotidien de leur vie et non de sauvegarder un bâtiment,  fusse-t-il historique et patrimonial. 

Malgré cela, ils sont prêts à s’associer à l’ensemble de la population et des entreprises pour relever le défi de la sauvegarde de l’église historique et patrimoniale de Saint-Eustache.

   
Agir

Les membres du Conseil de la fabrique de la paroisse Saint-Eustache et les différentes équipes s’engagent à :

1-    Continuer d’assurer l’avenir financier de la paroisse pour la mission en identifiant clairement la différence entre les dons pour la sauvegarde de l’église historique et les dons à la Paroisse par le biais de la dîme ou autre.

2-    Susciter un sentiment de fierté chez les 18 000 familles de Saint-Eustache face au bâtiment historique de leur milieu et les sensibiliser à la nécessité de leur participation pour la sauvegarde de l’église historique et patrimoniale.

3-    Inviter les 1 691 commerces et entreprises de la municipalité de Saint-Eustache et même d’ailleurs à trouver une façon d’investir dans la sauvegarde de l’église patrimoniale.

4-    Mettre sur pied un mécanisme, avec des partenaires du milieu, par lequel les individus,  commerces  et entreprises de l’ensemble du Québec pourront investir, en étant assurés que l’argent recueilli servira strictement à la conservation et à l’entretien du bâtiment historique et patrimonial.

5-    Solliciter un engagement de la ville de Saint-Eustache à une participation financière récurrente.

6-    Solliciter un soutien du diocèse de Saint-Jérôme ainsi que de l’Assemblée des évêques du Québec et du Canada pour les démarches à venir.

7-    Envisager la possibilité de vendre certaines œuvres d’art ou articles religieux et ce, sans s’en départir à jamais.

8-    Promouvoir une utilisation maximale de l’église, de la salle Raymond et de la chapelle Sainte-Anne.


ACTIONS À ENTREPRENDRE


Convoquer une assemblée générale pour échanger sur ce document.

Former une équipe de  personnes qui assureraient les démarches qui suivent :

a)   Auprès des commerces et entreprises
Établir un plan de communication qui pourrait inclure :

Faire un sondage par l’entremise des journaux locaux pour connaître l’intérêt que les gens portent à l’église historique et patrimoniale.

Produire des textes dans les médias, le Journal des communautés, sur le site Internet de la paroisse, etc. pour inviter les gens à participer au projet de sauvegarde de l’église.

Interpeller très régulièrement la population en invitant les personnes qui participent aux célébrations et aux activités de la Paroisse à sensibiliser leur entourage au projet collectif de sauver l’église historique et patrimoniale.

Utiliser tous les moyens de communication, incluant Internet pour proposer le projet aux gens, susciter leurs réflexions et recevoir leurs commentaires.

       b)   Auprès des commerces et entreprises

Établir un plan de communication qui inclurait :

·    Entreprendre des démarches auprès de la Chambre de commerce de Saint-Eustache, Deux-Montagnes et Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

·    Faire parvenir aux journaux une lettre publique, signée par des personnes crédibles du milieu et par des responsables d’institutions appuyant le projet collectif (maire, députés provincial et fédéral, président de la Chambre de Commerce, Grand Chevalier, présidents des clubs sociaux, responsable de la Société Saint-Jean-Baptiste, directeur de la Caisse Populaire, gérants de Banque, avocats, notaires, comptables, médecins, Société d’histoire de Deux-Montagnes, directeurs généraux de CLD, CLE et CSSS, prêtre, coordonnatrice, marguilliers, etc.), en invitant les gens à participer financièrement au projet collectif de la sauvegarde de l’église historique et patrimoniale.

·    Encourager lesdits signataires à s’engager à sensibiliser les membres de leur organisme, de leur institution, leurs parents et amis(es), etc. à la sauvegarde de l’église historique et patrimoniale.


c)  Pour la mise en place du fonds de sauvegarde de l’église

·    Envisager différentes options.
·    Choisir l’option privilégiée et voir à sa réalisation.
·    Assurer la médiatisation du moyen.


d) Auprès de la ville de Saint-Eustache

Relancer les rencontres du comité municipalité / paroisse/gouvernement
Informer la Ville du présent document.
Rechercher ensemble des pistes d’avenir.
Proposer à la Municipalité une modification des règlements régissant la taxe perçue pour la sauvegarde du patrimoine culturel, afin que l’église historique et patrimoniale de Saint-Eustache puisse avoir accès à un pourcentage de cette taxe.
Assurer à la Municipalité que tout argent provenant de ladite taxe serait utilisé strictement pour les travaux majeurs nécessaires à la sauvegarde de l’église historique et patrimoniale ou encore à son entretien.

e)  Auprès du diocèse de Saint-Jérôme

Informer les autorités diocésaines du contenu de ce document.
Demander une rencontre avec l’évêque afin de trouver avec lui des moyens concrets de soutenir les efforts de la paroisse Saint-Eustache et des autres paroisses de son diocèse.

f)  En lien avec les œuvres d’art de l’église Saint-Eustache

Rencontrer M. Martin Tremblay (prêtre) pour recueillir des informations sur l’expérience de la vente des tableaux de l’église d’Oka.
Poursuivre la réflexion.
Exposer des œuvres dans les musées nationaux (centre d’exposition La prison des Patriotes ou le Musée de Saint-Eustache et de ses Patriotes).


CONCLUSION

Les membres du Conseil de la fabrique et des équipes de la paroisse Saint-Eustache s’engagent à faire, pendant les 5 prochaines années, avec l’ensemble de la population et des entreprises, tous les efforts nécessaires cités dans ce document pour assurer la pérennité de l’église historique et patrimoniale de Saint-Eustache.

Une évaluation d’étape aura lieu en 2014, après deux moments historiques importants, soit en 2012 le 175e anniversaire de la révolte des patriotes et en 2013, le 230e anniversaire de l’ouverture de l’église historique et patrimoniale. Les résultats de cette évaluation indiqueront la direction à prendre pour les deux années restantes.

En janvier 2016, une réévaluation de la situation sera faite et des décisions seront alors prises quant à l’avenir et la sauvegarde de l’église historique et patrimoniale de Saint-Eustache.

par

Nycole Pepper,                Michel Forget,
coordonnatrice                prêtre modérateur

Le document a été préparé par les membres des équipes paroissiales suivantes :

-Équipe pastorale
-Conseil de fabrique
-Équipe administrative
-Équipes d’animation
-Conseil d’orientation

1 commentaire:

  1. nous devons conservé notre patrimoine ! il y a des fon pour invité des représentants de la monarchie Anglais nos envahisseurs mais pas pour le patrimoine Québécois où est l'erreur !!!

    RépondreSupprimer

Faire un don

Vous aimez les publications des Patriotes de Chénier, Appuyez-nous en faisant un don,
Le don servira à la promotion de notre histoire par des montages vidéos, montages infographiques. Tirage d'objets en lien avec notre histoire et beaucoup plus. Merci de contribuer à la restauration de la mémoire de nos ancêtres, en la faisant revivre dans notre vie quotidienne.

Les Patriotes de Chénier sur Facebook

Les Patriotes de Chénier sur Facebook
Les patriotes de Chénier sont un regroupement militant composé de jeunes indépendantistes voués à la défense des intérêts du peuple québécois. Nous avons à coeur la mémoire des patriotes de 1837-1838.